Archives pour l'étiquette DVD

Claude Chabrol en dédicace : l’événement tranquille

Mercredi 17 septembre, sept mois après l’inauguration du cinéma MK2 Bibliothèque à Paris avec son film Les fleurs du Mal, Claude Chabrol est venu dédicacer le DVD de son film dans la boutique DVD du même cinéma.

Claude Chabrol REUTERS/Fabrizio Bensch

Une première pour le milieu du DVD initiée par la boutique MK2 qui espère organiser des séances de dédicaces tous les deux mois. Chabrol s’est-il fait prier pour venir ? « Un coup de fil en juillet et il a dit oui aussitôt » assure son entourage du jour. Plus fâché avec la vidéo Chabrol ? « Je n’aimais pas la qualité VHS nous confiera-t-il, le DVD ça va« . Avec un bémol tout de même : « Les scènes coupées, les bêtisiers, je trouve ça inutile. Si c’est coupé c’est bien parce que ça ne mérite pas d’être vu » se défendra-t-il tout en reconnaissant avoir jeté un œil sur les bêtisiers de ses collègues metteur en scène. Disponible et jovial pour la presse comme pour la poignée d’amateurs venus le voir, après quelques dizaines de signatures apposées sur presque autant de DVD de son film, Chabrol est reparti comme il est venu, tranquille. On le remarquera un peu plus tard attablé au café du MK2…

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Jim Ward/Lucasfilm : DVD mode d’emploi

Producteur exécutif chez Lucasfilm, Jim Ward a la responsabilité mondiale des licences Star Wars et Indiana Jones au cinéma, à la télévision et en DVD. Juste après George Lucas. Interview…

Jim Ward (c) Lucasfilm & TM. All rights reserved.

Bliss : Avec quelle fréquence consultez-vous George Lucas ?

Jim Ward, Vice-Président du Marketing/Lucasfilm : Cela dépend où nous sommes dans le cycle de production d’un projet. Au lancement d’un film, nous nous voyons chaque jour. Moins depuis qu’il tourne Episode III à Sydney* en Australie. Je lui ai parlé la semaine dernière (fin août, ndlr).

Bliss : Combien de gens chez Lucasfilm s’occupent de la production des DVD ?

Jim Ward : Si vous additionnez les sept activités, Industrial Light & Magic, Skywalker Sound, Lucas Digital, Lucas Licensing, LucasArts, Lucas Online et le récent Lucasfilm Animation Ltd de la société Lucasfilm Ltd originale fondée en 1971, vous pouvez comptabiliser 1800 à 2000 salariés (THX est dorénavant indépendant, ndr). Quand la production d’un DVD est décidée, nous assemblons une petite unité très concentrée de seulement dix à quinze personnes. Pour les suppléments nous recrutons des documentaristes, comme John Shenk sur Episode I et II. Nous avons confié le design des menus au talent de Van Ling (The Abyss, Starship Troopers, Titanic…) qui a la responsabilité technique de l’ensemble. Cette équipe négocie les meilleurs partenaires au cas par cas avec des sociétés spécialisées d’authoring et de compression comme DVCC ou PDSC. En général, la société THX avalise la qualité d’un DVD une fois le travail terminé. Pour les DVD Lucasfilm, THX valide rigoureusement la qualité à toutes les étapes. Et, toujours selon les situations, nous confions la duplication à des sociétés comme Sony (Episode I) ou Deluxe (Episode II).

Bliss : Comment se passent vos relations avec vos distributeurs ?

Jim Ward : Ils sont de bon conseil, ils connaissent bien le marché du DVD, les enjeux économiques. Nous discutons avec eux. Néanmoins, vis à vis de la Fox nous avons le dernier mot sur les Star Wars dont la licence appartient à Lucasfilm. Dans ce cas précis, ce sont nos propres risques financiers qui sont en jeu. Les décisions sont prises en commun avec Paramount sur les Indiana Jones. Universal est plutôt en charge d’American Graffiti et la Warner de THX 1138, le tout premier film de George Lucas.

Bliss : Lucasfilm supervise les versions internationales des DVD ?

Jim Ward : Oui, d’autant que le marché international est dorénavant plus grand pour Lucasfilm que le marché intérieur américain. Les recettes internationales d’Episode I ont dépassé pour la première fois celles des États-Unis. Est-ce que nous faisons confiance à nos studios partenaires pour comprendre les besoins de chaque pays ? Absolument. Nous n’envoyons personne sur place, mais THX reçoit les travaux de chaque pays et les valide.

Bliss : À quand le film THX 1138 et les trois premiers Star Wars en DVD ?

Jim Ward : Aucune date n’est décidée pour THX 1138 mais nous y travaillons avec Universal. Quant aux premiers Star Wars, c’est vraiment un problème d’emploi du temps de George Lucas. N’oubliez pas qu’il tourne trois films coup sur coup et sort aussi les DVD.

Bliss : Quelle est la disponibilité de George Lucas dans la création des suppléments DVD ?

Jim Ward : Cela a beaucoup changé depuis Episode I. A l’époque le marché du DVD n’était pas encore bien implanté, et ils n’avaient pas du tout été envisagés pendant la préparation et le tournage du film en 96-97. L’expérience aidant, pour Episode II nous avions réfléchi un peu plus à l’avance, et nous irons plus loin encore avec Episode III. Nous avons une équipe sur le plateau pour filmer le tournage. Mais actuellement, George Lucas est d’abord et avant tout concentré sur le film.

* Star Wars : Episode III : début du tournage 30 juin 2003, sortie salles en 2005.

Propos recueillis par François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Crève Smoochy crève ! (Death to Smoochy)

Un animateur sans scrupule de télévision pour enfants utilise tous les moyens à sa disposition pour discréditer son successeur candide mais intègre.

Death to Smoochy

Décousue, pénible, ni pour enfants ni pour adultes, malgré un casting étonnant et des décors très travaillés, cette satire au vitriol des émissions pour enfants est un film raté pour le réalisateur Danny DeVito qui ne réussit pas à retrouver l’équilibre du fameux affrontement marital de La Guerre des Roses.

Comédie
Réalisateur : Danny DEVITO.
Scénario : Adam RESNICK.
Acteurs : Robin WILLIAMS, Edward NORTON, Catherine KEENER.
Musique : David NEWMAN.

DVD Zone 2

Images

Parfaites et très soutenues, les couleurs et éclairages rappellent le joli film Dick Tracy mais, hélas, tombent à plat.

Son

La VF oublie un peu les canaux arrière contrairement à la VO, et la spatialisation est de toutes façons inégale. Bon point de la VF : les morceaux chantés gardent les voix originales des comédiens.

Bonus

En VOST : Coulisses du tournage ; 10 scènes coupées ; bêtisier, plus drôle que le film hélas : 6 galeries de photos au défilement bien trop lent ; excellente chute en bonus caché. En VO non sous-titrée : commentaire audio du chef opérateur (non annoncé) et d’un Danny DeVito qui s’excuse de regarder le film au lieu de parler plus souvent ! 3 bandes-annonces dont 1 courte version radicale signée « Danny ».
DVD-ROM : Ice Show Interactif (fonctionne très mal et, en plus : l’éditeur force l’installation d’un lecteur DVD !)

Format film : 1.85.
Format cinéma : 16/9 compatible 4/3.
Versions sonores : VF, VO, et italienne en 5.1.
Sous-titres : Français, anglais, italiens et arabes. Anglais et italiens pour malentendants.
USA – 2002 – Couleurs – 105’ – Warner – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Arrête-moi si tu peux (Catch Me if You Can)

Fuyant le divorce de ses parents, un jeune homme débrouillard escroque les banques et déjoue les limiers du FBI en se faisant passer tour à tour pour un professeur, un pilote de ligne, un médecin ou un avocat.

catch_me_if_you_can

Fable « légère » devant permettre à un Spielberg toujours bouillonnant de respirer après les copieux et complexes A.I. Intelligence Artificielle et Minority Report, ce film presque musical au rythme aussi soutenu que son tournage au galop brille d’un éclat particulier. Notamment grâce à Janusz Kaminski, directeur de la photo aussi à l’aise ici dans les clinquants décors colorés des années 60 que dans les univers sombres et futuristes des précédents Spielberg, et – il faut bien l’avouer encore une fois – grâce à la mise en scène virtuose d’un réalisateur qui, à 57 ans, n’a pas fini de se renouveler et de surprendre son public, amateurs et détracteurs compris. Un Spielberg divertissant plus au service des acteurs que d’habitude (quel casting !) à visionner comme il s’annonce : avec légèreté.

Comédie dramatique
Réalisateur : Steven SPIELBERG.

Scénario : Jeff NATHANSON d’après le livre de Stan REDDING et l’histoire vraie de Frank W. ABAGNALE.
Acteurs : Leonardo DICAPRIO, Tom HANKS, Nathalie BAYE.
Musique : John WILLIAMS.

DVD Zone 2

Images

La compression aurait pu être meilleure, mais la gamme étendue et éclatante des couleurs est encore plus spectaculaire sur DVD qu’en salle.

Son

Quoique faisant bien son travail, la VF 5.1 reste bien pâle comparée à la VO 5.1 et surtout à la dynamique DTS.

Bonus

Sur le 2e DVD : En VOST, 7 modules thématiques de 3′ à 28′ pour un total de 78′, en réalité, comme sur la plupart des DVD Spielberg, un making-of saucissonné pour dissimuler le peu de matière réellement originale. Remarquable pour une fois, en l’absence d’effets spéciaux à expliquer, les coulisses du tournage montrent enfin Spielberg en metteur en scène derrière la caméra et en directeur d’acteur. Bien titré « Choisis-moi si tu peux », le chapitre consacré au casting rejoint les confidences du fidèle compositeur John Williams, les entretiens avec le vrai Frank Abagnale et un consultant du FBI pour expliquer en détail la genèse et la création du film, le tout en un mélange habile et crispant d’informations et de promotion. 3 jolies galeries de photos sur le casting, les coulisses et les costumes complètent le tout.

Format film : 1.85.
Format DVD : 16/9.
Versions sonores : VF et allemande en 5.1 ; VO en 5.1 DD et DTS.
Sous-titres : Français, anglais (pour malentendants mais non précisé), allemands, russes et hébreux.
USA – 2002 – Couleurs – 135’ – Universal Pictures – 1 DVD-9 + 1 DVD-5.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Joe Kidd

Un habile dilettante est forcé d’intervenir dans le conflit qui oppose un gros propriétaire terrien et un rebelle luttant pour le respect des droits des mexicains.

Joe Kidd

Malgré la présence charismatique de Clint Eastwood et du toujours très juste Robert Duvall, le traitement trop burlesque du film à la recherche d’un ton western spaghetti nuit à un sujet à l’origine très sérieux. Morceau de bravoure à voir éventuellement : une locomotive conduite par Eastwood traversant un saloon…

Western
Réalisateur : John STURGES.
Scénario : Elmore LEONARD.
Acteurs : Clint EATSWOOD, Robert DUVALL, John SAXON.
Musique : Lalo SCHIFRIN.

DVD Zone 2

Images

Belle déclinaison d’ocres, de bruns et de clairs-obscurs pour une image presque réaliste. Légers fourmillements dans les arrière-plans.

Son

Mat et sans relief en VF. Modeste, la VO est nettement plus claire.

Bonus

Aucun.

Format film : 2.35 Cinémascope.
Format DVD : 16/9 compatible 4/3.
Versions sonores : VF, VO, allemande, italienne et espagnole en mono.
Sous-titres : 16, dont français, anglais, allemands, italiens, espagnols, norvégiens, finlandais et russes.
USA – 1972 – Couleurs – 84’ – Universal Pictures – DVD-9

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Fureur Apache (Ulzana’s Raid)

Un vieil éclaireur spécialiste des indiens et un jeune lieutenant sorti de l’école d’officiers se lancent aux trousses d’un groupe d’Apaches sanguinaires échappé de sa réserve.

Ulzana-s-Raid

Plutôt que de laisser une femme blanche entre les mains des Apaches, un soldat la tue de sang-froid et se suicide aussitôt ! Capables des pires sauvageries, images sanglantes à l’appui, les caricaturaux indiens de ce film justifient ici une chasse à l’homme nihiliste aux relents idéologiques ambigus, voire nauséeux. C’est malheureusement le prix à payer pour une balade dans les plaines et rocailles asséchées de l’Arizona.

Western
Réalisateur : Robert ALDRICH.
Scénario : Alan SHARP.
Acteurs : Burt LANCASTER, Bruce DAVISON, Jorge LUKE.
Musique : Frank DEVOL.

DVD Zone 2

Images

Qualité inégale tout au long du film, notamment en terme de compression, le pire étant au début avec neige et taches noires.

Son

La VF est aussi percutante pour du mono que la VO pour tout ce qui est musique et sons, sauf pendant les dialogues où l’inévitable sonorité studio de la VF écrase au passage les bruitages.

Bonus

Aucun

Format film : 1.85.
Format DVD : 16/9.
Versions sonores : VF, VO, allemande, italienne et espagnole en mono.
Sous-titres : 16, dont français, anglais, allemands, italiens, espagnols, danois, arabes et hébreux.
USA – 1972 – Couleurs – 99’ – Universal Pictures – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Les Écumeurs (The Spoilers)

Pendant la ruée vers l’or en Alaska, un homme floué par un juge corrompu se fait aider par sa maîtresse, propriétaire d’un saloon, pour récupérer par la force sa mine d’or.

the-spoilers

Western plutôt obscur mais intéressant pour sa délocalisation en Alaska plutôt que dans l’Ouest et pour le couple Marlene Dietrich – John Wayne. A découvrir aussi pour les robes incroyables de Dietrich – ange survolant la gadoue, pour la reconstitution parfois impressionnante de Nome, une petite ville hyper active de l’Alaska en 1900, pour une très violente scène de bagarre à poings nus entre John Wayne et Randolph Scott, et pour la vraie gifle de Marlene Dietrich qui décoiffe la montagne John Wayne.

Western
Réalisateur : Ray ENRIGHT.
Scénario : Laurence HAZARD et Tom REED d’après le roman de Rex BEACH.
Acteurs : Marlene DIETRICH, John WAYNE, Randolph SCOTT.
Musique : Hans J. SALTER.

DVD Zone 2

Images

Un joli noir et blanc entaché par de petits, mais nombreux, points blancs et égratignures.

Son

VF plate et sans valeur aux bruitages quasi inexistants. VO beaucoup plus dynamique et détaillée avec, incontournable, la voix de Marlene Dietrich.

Bonus

Aucun

Format film : Plein écran.
Format vidéo : 4/3.
Versions sonores : VF, VO, allemande, italienne et espagnole en mono.
Sous-titres : 16, dont français, anglais, allemands, italiens, espagnols, hollandais et arabes.
USA – 1942 – Noir & blanc – 84’ – Universal Pictures – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Le traitre du Far West (The Virginian)

Une jeune institutrice de la Nouvelle Angleterre découvre avec surprise l’amour et les rudes mœurs des cow-boys du Wyoming en lutte avec des voleurs de bétail.

the-virginian

Naïf et bon enfant, ce western sans indien où les jolies toilettes des femmes sont aussi improbables que les chemises blanches des vachers qui poussent parfois la chansonnette, court après une morale tout aussi candide de la civilisation face à la sauvagerie.

Western
Réalisateur : Stuart GILMORE.
Scénario : Frances GOODRICH, Albert HACKETT et Howard ESTABROOK.
Acteurs : Joel MCREA, Brain DONLEVY, Sonny TUFTS.
Musique : Daniele AMFITHEATROF.

DVD Zone 2

Images

Pour l’essentiel très bien conservées, les formidables couleurs Technicolor redonnent vie aux matières des costumes et à la nature verdoyante.

Son

Non seulement les voix de la VF sont beaucoup trop en avant mais des bruitages inexistants sur la VO ont été rajoutés (des foules de grillons par exemple) signalant qu’il s’agit là encore d’un film avec une partition musicale différente en VF et en VO ! Même vieilli, le tout est beaucoup plus naturel en VO.

Bonus

Aucun

Format cinéma : Plein écran.
Format DVD : 4/3.
Versions sonores : VF, VO, allemande, italienne et espagnole en mono.
Sous-titres : 16, dont français, anglais, allemands, italiens, espagnols, portugais, danois et turques.
USA – 1945 – Couleurs – 83’ – Universal Pictures – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Flubber

Un professeur aussi génial que distrait invente un caoutchouc magique aux possibilités plus extraordinaires les unes que les autres.

Flubber

Robin Williams fait le fou gentil comme prévu mais la vraie vedette est le fameux Flubber, un caoutchouc prodigieux prétexte à de nombreux effets spéciaux et rebondissements, au sens littéral. Techniquement impeccable, très inventif et souvent drôle, mésestimé à sa sortie, voilà un film tous publics à redécouvrir sans arrière pensée.

Comédie familiale
Réalisateur : Les MAYFIELD.
Scénario : John HUGUES et Bill WALSH d’après l’histoire de Samuel W. TAYLOR.
Acteurs : Robin WILLIAMS, Marcia GAY HARDEN, Christopher MCDONALD.
Musique : Danny ELFMAN.

DVD Zone 2

Images

Couleurs et noirs sont denses, les images réelles fusionnent parfaitement avec celles de synthèse signées ILM.

Son

De la musique multi-instrumentale de Danny Elfman aux rebonds invraisemblables du super caoutchouc dans toutes les directions, ce DVD est un véritable test technique pour votre installation, en VF comme en VO.

Aucun bonus

Format film : 1.85.
Format DVD : 16/9.
Versions sonores : VF, VO et hollandaise en 5.1. Tchèque et hongroise en stéréo.
Sous-titres : Français, anglais, hollandais, tchèques, hongrois, hébreux. Anglais pour malentendants.
USA – 1997 – Couleurs – 90’ – Buena Vista – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Collège attitude (Never Been Kissed)

Une journaliste débutante revit les tracas de son adolescence à l’occasion d’une enquête sur la vie au lycée.

Never-Been-Kissed

Énième variation romantique et préfabriquée sur la terrible vie des lycéens américains avec, cette fois, une Drew Barrymore si décomplexée qu’elle joue le ridicule avec une sincérité confondante.

Comédie
Réalisateur : Raja GOSNELL.
Scénario : Abby KOHN et Marc SILVERSTEIN.
Acteurs : Drew BARRYMORE, David ARQUETTE, John C. REILLY.
Musique : David NEWMAN.

DVD Zone 2

Images

Nettes et sans histoire.

Son

C’est surtout la musique qui déclenche les voies arrière et l’on remarque des basses et un écho plus efficaces sur la VO que sur la VF.

Bonus

Aucun.

Format film : 2.35 Cinémascope.
Format DVD : 16/9 compatible 4/3.
Versions sonores : VF, VO, allemande, italienne et espagnole en 5.1.
Sous-titres : Français, anglais, hollandais, allemands, italiens, espagnols et suédois.
USA – 1999 – Couleurs – 103’ – Fox/FPE – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Désirs secrets (Alice Adams)

Une brillante jeune femme issue d’une famille modeste rêve de s’arracher à sa condition sociale en trouvant l’amour.

alice-adams

A la fois légère par son ton et sérieuse par son thème, cette chronique sociale de 1935 fut l’écrin idéal pour une Katharine Hepburn aussi crédible ici en cendrillon moderne qu’en reine dans d’autres films.

Comédie dramatique
Réalisateur : George STEVENS.
Scénario : Dorothy YOST, Mortimer OFFNER, Jane MURFIN, d’après le roman de Booth TARKINGTON.
Acteurs : Katharine HEPBURN, Fred MCMURRAY, Fred STONE.
Musique : Roy WEB.

DVD Zone 2

Images

Une grosse rayure passagère et quelques sauts de pellicule ne gâchent en rien un joli noir et blanc d’époque.

Son

Dialogues et bruitages sont tellement audibles en VF contrairement à la VO nettement en deçà qu’on dirait la piste VF dopée. Mystère d’époque encore à expliquer : la partition musicale de la VF est différente de la VO !

Bonus

Courte présentation de Serge Bromberg.

Format film : Plein écran.
Format DVD : 4/3.
Versions sonores : VF et VO en mono.
Sous-titres : Français.
Collection Classique de Poche RKO à moins de 15 €.
USA – 1935 – Noir & blanc – 100’ – éditions Montparnasse/MGM – DVD-5.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


35 heures c’est déjà trop ! (Office Space)

Plutôt que de sombrer dans une dépression nerveuse, un employé dégoûté par son entreprise informatique banale adopte une attitude je m’en foutiste mi salutaire mi suicidaire, au point d’entraîner quelques collègues dans une arnaque maladroite.

office_space

Cette comédie douce amère écrite et réalisée par le créateur des grinçants Beavis et Butt-head dénonce l’aliénation de la vie de bureau avec un cynisme inattendu. Version soft du fameux Fight Club subversif, les traits d’humour sont sobres, souvent vachards et justes. Jennifer Aniston ne fait certes que passer, mais le film, lui, reste en mémoire. Une bonne surprise à découvrir.

Comédie
Réalisateur : Mike JUDGE.
Scénario : Mike JUDGE.
Acteurs : Ron LIVINGSTONE, Gary COLE, Jennifer ANISTON.
Musique : John FRIZZEL.

DVD Zone 2

Images

Fidèles au sujet du film, les couleurs sont tièdes.

Son

Quelques séquences oniriques avec écho d’outre-tombe et une bande musicale pigmentée de rap signalent que, malgré une répartition assez homogène sur toutes les voies, la VF n’a vraiment pas l’amplitude de la VO. Sans parler du doublage saccagé de l’important chef de service trop suave pour être honnête interprété par Gary Cole.

Bonus

Bande-annonce en 16/9 et en VO mono non sous-titrée.

Format film : 1.85.
Format DVD : 16/9.
Versions sonores : VF, VO, allemande, italienne et espagnole en 5.1.
Sous-titres : français, anglais, italiens, espagnols, danois, norvégiens, suédois et hollandais. Anglais et allemand pour malentendants.
USA – 1999 – Couleurs – 85’ – Fox/FPE – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Ivre de femmes et de peinture (Chihwaseon)

Un peintre calligraphe coréen célèbre du XIXe siècle s’interroge sur le parcours aussi exceptionnel qu’accidentel qui l’a conduit de la mendicité à la cour du Roi, puis à nouveau à la rue.

IVRE DE FEMMES ET DE PEINTURE

Reconnu en France depuis Le Chant de la fidèle Chunhyang en 2000, le réalisateur coréen Im Kwon-Taek est en réalité en activité depuis 1962 ! Inspiré de la vraie vie du peintre Ohwon, son dernier film est une chronique à la fois intimiste et historique où le destin d’un pauvre ère devenu artiste privilégié malgré lui rejoint la grande histoire coréenne du XIXe siècle. Petit chef d’œuvre plastique et narratif, rarement la caméra a aussi bien approché le mystère du geste du peintre. Avec la qualité de sa reconstitution historique et la finesse de son propos le film réussit également à être politique en témoignant du déclin d’une société encore médiévale au moment où, en 1884, Chine et Japon se disputent encore la Corée. Phrase clé du personnage qui résiste à une commande du Roi : « Pour un artiste la répétition signifie la mort ».

Historique
Réalisateur : Im Kwon-Taek.
Scénario : Kim YOUNG-OAK et Im KWON-TAEK.
Acteurs : Choi MIN-SIK, Ahn SUNG-KI, You HO-JEONG.
Musique : Kim YOUNG-DONG.

DVD – Zone 2

Images

La gamme des couleurs est volontairement sobre et naturelle, le DVD s’applique à les reproduire fidèlement tout en maintenant des contrastes très solides. Bel équilibre. Défaut provenant de la pellicule : l’image n’est pas tout à fait stable.

Son

Formidable 5.1 exploitant toutes les voies pour retranscrire la finesse du bruissement des tissus et des feuillages comme les énormes coups de gong sourds d’une musique traditionnelle envoûtante !

Bonus

Magnifiques menus animés et sonorisés en 5.1 ; passionnant documentaire politique en VOST (20′) où le cinéaste se fait raser la tête en publique pour dénoncer les problèmes du cinéma coréen face à la censure, aux quotas et à l’hégémonique puissance du cinéma américain (!) ; bande-annonce en 16/9 et VOST ; filmographies du réalisateur et des deux acteurs principaux.

Format film : 1.85.
Format DVD : 16/9.
VO coréenne en 5.1 obligatoire.
Sous-titres : Français obligatoire.
Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2002.
Corée – 2002 – Couleurs – 112’ – Fox/FPE – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Les Eaux troubles

Le retour d’une femme dans son village de pêcheur après une longue absence provoque un enchaînement de tensions passionnelles qui, à terme, lève le voile sur la mort mystérieuse de son frère.

les eaux troubles

Tourné dans la baie du Mont St Michel en 1948, ce drame rural où Jean Vilar fait une de ses rares apparitions cinématographiques a sans doute valeur historique, mais au-delà d’une éventuelle cinéphilie exacerbée et d’une passion aveugle pour Ginette Leclerc, on peut rester circonspect devant une syntaxe cinématographique aussi prétentieuse (jolis plans expressionnistes inutiles) que maladroite (fautes de raccords, mouvements de caméras hasardeux, etc.).

Drame
Réalisateur : Henri CALEF.
Scénario : Pierre APESTEGUY d’après la nouvelle de Roger VERCEL : Lames Sourdes.
Acteurs : Ginette LECLERC, Édouard DELMONT, Marcel MOULOUDJI.
Musique : Jean MARION.

DVD Zone 2

Images

Des contrastes magnifiques à peine pollués par un festival de rayures, taches et autres sauts de pellicules.

Son

Les violons excessifs écorchent les tympans au point d’étouffer des dialogues déjà bien rares.

Bonus

Interview récente du réalisateur ; filmographie et biographie de Ginette Leclerc en français et en anglais ; chapitres animés ; présentation des autres DVD de la collection.

Format film : 1.33.
Format DVD : 4/3.
Version sonore : VF mono.
Sous-titres : Anglais.
France – 1948 – Noir & blanc – 81’ – Les Documents cinématographiques – DVD-5.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Carmen

Un chorégraphe contemporain monte et répète un ballet en version flamenco du célèbre opéra de Carmen.

Carmen-Carlos-Saura

Bel exercice de mise en scène dépouillée en huis clos où le spectateur suit l’histoire universelle de la farouche Carmen en passant des répétitions des ballets à la réalité des danseurs de flamenco et du chorégraphe amoureux, comme il se doit, de sa Carmen.

Drame musical
Réalisateur : Carlos SAURA.
Scénario/Chorégraphie : Carlos SAURA et Antonio GADèS d’après la nouvelle de Prosper MéRIMée et l’opéra de BIZET.
Acteurs : Antonio GADèS, Laura DEL SOL, Paco DE LUCIA.
Musique : Paco DE LUCIA.

DVD Zone 2

Images

Le piqué de la pellicule a ce petit rosé délicat et désuet des années 80 sans pour autant altérer des couleurs et des contrastes très soutenus. Tout irait bien si ce transfert film-DVD n’était pas réservé aux seules TV 16/9 !

Son

Les coups de talons et de castagnettes révèlent une piste centrale mono à l’amplitude surprenante. Les aigus de la piste VF saturent là où la VO espagnole, elle, résiste bien.

Bonus

Documentaire Histoire d’un film de 42′ en VF sous-titrée (le français courageux des intervenants espagnols oblige parfois à tendre l’oreille !) mêlant extraits du film et interviews récentes du metteur en scène, du chorégraphe et de l’interprète féminine ; bande-annonce en VF (et non en VO comme l’indique la jaquette) ; filmographies ; courte galerie de photos en n&b ; 10 bandes-annonces en VF et VOST de la très slim et élégante collection de DVD.

Format film : 1.85.
Format DVD : 16/9.
Versions sonores : VF et VO espagnole en mono.
Sous-titres : Français.
Prix de la meilleure contribution artistique au Festival de Cannes 1983.
Espagne – 1983 – Couleurs – 97’ – StudioCanal/Universal Music – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Jeux d’adultes (Consenting Adults)

Deux couples voisins se lient d’amitié au point de glisser vers une intimité dangereuse quand les intentions des uns et des autres s’avèrent très différentes.

consentingadults

Bon suspens classique, hitchcockien même avec une musique et un rythme inspirés du maître. Après un début trompeur, le dénouement est un peu prévisible, mais servi par un quatuor d’acteurs irréprochables, le scénario se laisse suivre sans trop de résistances.

Thriller
Réalisateur : Alan J. PAKULA.
Scénario : Matthew CHAPMAN.
Acteurs : Kevin KLINE, Kevin SPACEY, Mary Elizabeth MASTRANTONIO.
Musique : Michael SMALL.

DVD Zone 2

Images

Compression visible, notamment dans les scènes nocturnes. Petite dominante de rouge pas bien grave.

Son

Juste ce qu’il faut d’écho sur les canaux arrières. Rien d’indispensable.

Bonus

Aucun.

Format film : 1,85.
Format DVD : 16/9.
Versions sonores : VF et VO en 5.1.
Sous-titres : Français, anglais, hollandais, polonais, tchèques, hongrois, bulgares et arabes.
USA – 1992 – Couleurs – 95’ – Hollywood Pictures – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Délit d’innocence (An Innocent Man)

Un mari idéal et sans histoire est jeté en prison suite à la maladresse de policiers véreux.

an-innocent-man-movie

Scénario prétexte et balourd, interprétation plate avec un F. Murray Abraham inutile en second rôle, ce produit ne dépasse pas le niveau d’un mauvais téléfilm. Pour les nostalgiques du charme bourru d’un Tom Selleck toujours aussi peu expressif.

Policier
Réalisateur : Peter YATES.
Scénario : Larry BROTHERS.
Acteurs : Tom SELLECK, F. Murray ABRAHAM, Laila ROBINS.
Musique : Howard SHORE.

DVD Zone 2

Images

Contrastes convenables, mais les arrières plans fixes résistent mal à la compression.

Son

Buggé dirait-on en informatique : les voies arrières du 5.1 disparaissent et réapparaissent capricieusement (disparition à 00:27:55, réapparition à 00:30:17 ?) en VO comme en VF !

Aucun Bonus

Format film : 1.85.
Format DVD : 16/9 compatible 4/3.
Versions sonores : VF et VO en 5.1.
Sous-titres : Français, anglais et hollandais.
USA – 1989 – Couleurs – 109’ – Touchstone Pictures – DVD-9.

François Bliss de la Boissière

(Publié en 2003 dans le mensuel Les Années Laser)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.


Le feu ne prend pas sur Xbox

L’édition spéciale DVD du film La Guerre du Feu ne fonctionne pas sur le lecteur DVD de la Xbox. C’est la faute à pas de chance…

La Guerre du Feu

La Guerre du Feu, le chef d’œuvre préhistorique de Jean-Jacques Annaud vient de sortir en DVD Zone 2. Quelle chance ! Enfin, il était temps pour un film si unique datant de 1981… Il s’agit heureusement d’une édition cartonnée de qualité avec documents d’époque et interview récente affolante d’anecdotes du réalisateur qui fait le singe à l’écran en souvenir. Film sans dialogues compréhensibles (les grognements des personnages correspondent néanmoins à un vrai langage « Ulam » inventé par le romancier Anthony Burgess (Orange Mécanique !!)), l’éditeur TF1 Vidéo a eu l’idée obligeante de prévoir une piste dite Audiovision. Il s’agit là d’une version commentée par une voix off à destination des aveugles et mal voyants qui auraient bien du mal à suivre une histoire sans dialogues intelligibles pour les hommes civilisés.

La guerre du son à l’allumage Xbox

Seulement voilà, au lieu de glisser cette option dans un menu Audio annexe comme l’éditeur l’avait fait pour Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, les gens responsable de l’authoring ont décidé d’offrir le choix dès le lancement du DVD. Ainsi, une fois la galette installée dans le tiroir, le logo de TF1 Vidéo, les mentions légales et le logo du CNC (Centre National de la Cinématographie) affichés, le DVD s’arrête sur un écran où il faut choisir entre deux menus : Touche 1, le film en Audiovision, Touche 2, le menu classique. Il faut donc appuyer sur le chiffre correspondant et une voix off nous prévient que, en fonction des différents lecteurs du marché, il faut parfois appuyer sur le bouton Enter en suivant. Vous suivez toujours ? Oui parce que là où cela devient embêtant pour la Xbox c’est que la manip’ ne fonctionne pas. Face à cette injonction impérative, la télécommande Xbox est complètement incapable de valider un choix. Ni chiffres, ni Enter, ni Title, ni aucun bouton ne réagit ! Et vous savez ce que cela veut dire pour quelqu’un qui utilise seulement sa Xbox pour regarder des films en DVD ? Ca veut dire qu’il ne peut pas du tout, mais alors pas du tout, voir La Guerre du Feu en DVD. A 33 euros le film ça fait quand même mal.

Coïncidences chaudes et malheureuses

Vous me direz que les clients qui ont à la fois La Guerre du Feu et une Xbox doivent être rares (pas de chances il y en a un qui a une tribune publique), que, comme nous l’a confirmé un journaliste chevronné du magazine Les Années Laser, tous les lecteurs de DVD ont des comportements atypiques. Selon les marques et les modèles, des réactions aberrantes peuvent survenir en fonction de telle ou telle option. Ce n’est pas que cela soit normal, mais c’est courant. Donc, grognon, j’ai mis la PlayStation 2 à l’épreuve, et le film d’Annaud est bien passé même s’il a fallu appuyer sur la touche Enter en plus du numéro (on était prévenu) alors que sur un lecteur DVD Samsung de base il a suffit d’appuyer sur le chiffre requis… C’est fou ce qu’on devient paresseux avec une télécommande…

Enfin, si vous vous posez la question, la réponse est non. Sans puce ni dézonage ou tripotages obscurs, ma Xbox est intègre. Mieux, elle est reliée au Xbox-Live. Si la chance tourne, Microsoft lira cette actu et permettra de télécharger une mise à jour du logiciel lisant les DVD de sa Xbox. On va bien avoir droit à un patch pour mettre à niveau un Unreal Championship qui l’est à peine. Alors updater un logiciel jusque là sans problème ne devrait pas poser de difficultés. Encore une raison de relier sa Xbox au réseau ?

François Bliss de la Boissière

(Publié en janvier 2003 sur Overgame)

 


Message aux lecteurs. Vous avez apprécié cet article, il vous a distrait un moment ou aidé dans vos recherches ? Merci de contribuer en € ou centimes de temps en temps : Paypal mais aussi en CB/Visa avec ce même bouton jaune sécurisé


Comme dans la rue, pas de minimum requis. Ça fera plaisir, et si la révolution des microtransactions se confirme, l’auteur pourra peut-être continuer son travail d’information critique sans intermédiaire. Pour en savoir plus, n
‘hésitez pas à lire ma Note d’intention.